ARNOLD IS NOT HERE
Un concert scenique par LEO HOFMANN et l’ENSEMBLE NUANCE
Basé sur le Pierrot Lunaire d’Arnold Schönberg et „Verstimmung“ (2015) de Jannik Giger

La naissance du projet Arnold is not here remonte au 2012: les musiciens de l’Ensemble Nuances se rencontrent dans le cadre du Festival Davos Festival „Young Artists in Concert“ et jouent en concert le Pierrot Lunaire d’Arnold Schönberg.

Suite à cette rencontre artistique réussi, l’ensemble decide de dévellopper une mise en scène pour le concert et de commander une nouvelle oeuvre au compositeur balois Jannik Giger qui puisseêtre en lien avec le Pierrot Lunaire. Verstimmung voit ainsi le jour grace au soutien de la Fondation Nicati-de-Luze en 2015.

Dans la même année commence le travail avec Leo Hofmann, artiste pluridisciplinaire qui conçoit une mise en scène originelle mettant en valeur la dramaturgie des deux oeuvres en programme.

 Arnold is not here a trouvé aujourd’hui son identité artistique dans sa forme définitive: c’est un spectacle dont l’atmoshere est unique, un régal pour les oreilles et les yeux.

La création de ce format nouveau au Theatre Rigiblick dans le cadre du „ Musikpodium Zürich“ en März 2016 c’etait un grand succes pour notre equipe.

Arnold is not here sera de nouveau représenté en september 2016 à Bienne, Bale et Genève dans le cadre d’une nouvelle collaboration avec le ténor d’exception Kai Wessel.

Ce projet a été soutenu à présent par le Musikpodium Zürich (lors de sa création), par le Pourcent Culturel de la Migros Suisse, la Fondation Ernst Göhner, ainsi que la Fondation Nicati-de-Luze.

 

Ensemble Nuance

Kai Wessel, tenor

Malwina Sosnowski, violon

Karolina Ohman, violoncelle

Kiril Zwegintsov, piano

Paolo Vignaroli, flute

Nils Kohler, clarinette

Leo Hofmann, mise en scène et concept


UN CONCERT SCENIQUE

Suite à la création musicale du projet en septembre 2015, nous avons planifié une tournée en 2016 qui en présente une nouvelle version intégrant une mise en scène.
Le grand potentiel créatif de Pierrot réside dans la modernité du monde narrative de Giraud ainsi que dans le langage expressionniste et postromantique de la musique de Schoenberg. Est-il possible de relier cette œuvre avangardiste et stylisé au moment présent?
La mise en scène utilise des stores noirs d’aluminium motorisés que l’on peut ouvrir ou fermer. Ainsi les membres de l’ensemble peuvent être cachés à certains moments du spectacle.
Le    metteur    en    scène    L e o    H o f m a n n    (http://www.leohofmann.com)    travaillera étroitement avec l’ensemble Nuances pour la réalisation du spectacle.
LA MUSIQUE: SCHOENBERG ET GIGER
Le traitement vocal imaginé par Schoenberg pour les 21 poèmes d'Albert Giraud marquera l’histoire de la musique occidentale: pour le compositeur autrichien la hauteur des sons indiquée dans la partie vocale, devrait être abandonnée pour une montée ou une chute, selon la courbe de la phrase. Cette voix récitée est noyée dans une partition complexe, dans laquelle le les six membres de l’ensemble sont également solistes. Pièce majeure du 20ème siècle elle ne fut pourtant pas bien reçue et appréciée lors de sa création en 1912.
Jannik Giger intègre dans sa nouvelle pièce le geste musical de Schoenberg. Il affirme: „ Dans le contexte musical on parle de «Verstimmung» quand deux notes ne sont pas bien accordés. Ce mot est utilisé en psychiatrie à propos d’une trouble de l’esprit. Dans ma pièce ce mot est à la fois une métaphore ainsi qu’un processus compositionnel. Verstimmung soumets le Pierrot à un traitement spécifique: je paraphrase et désaccorde de manière grotesque les matériaux atonaux et les gestes expressives de Shoenberg; la musique instrumentale s’imprègne ainsi de l’instabilité émotive de Pierrot.
 

CALENDRIER DES REPRESENTATIONS

- Samedi 20.03.2016: Theater Rigiblick - Musikpodium Zurich (création)

-Dimanche 22.09.2016: Ackermannshof Basel