Der Ruf des Windes
Un voyage musical dans le temps et l’espace.

YOO-Hong, Daegeum - flûte traditionnelle coréenne
Paolo Vignaroli, flûte en ut, flûte alto et flûte basse
Tamar Eskenian, Shvi - flûte traditionnelle arménienne, Duduk, traverso baroque
Javier Hagen, Contre-tenor

Giorgo Tedde et Junghae Lee, concept et composition
Helena Tsiflidis, assistente de production


Le projet musical Der Ruf des windes explore la perception du temps et de l'espace au sein de différentes cultures et à différentes époques. La flûte   représente métaphoriquement un passage, un couloir de échange et de communication entre les continents, les cultures et périodes historiques.
Instrument parmi les plus anciens dans l’histoire de l'humanité, la flûte occupeencore de nos jours une place privilégiée dans des nombreux répertoires de musique traditionnelle, ainsi que dans le monde de la création contemporaine.
Ce concert intègre des œuvres de musique ancienne, musique traditionnelle ainsi que de nouvelles compositions contemporaines : nous rencontrons au cours de ce voyage des flûtes appartenant à trois cultures différentes: l'Extrême-Orient, le Moyen-Orient et l’Europe. Le daegeum, flûte coréenne en bambou; le duduk et le shvi appartenant à la tradition arménienne ; le traverso ou flûte baroque européenne, ainsi que la flûte traversière moderne dans ses différents registres (basse, alto et grande flute). Le programme est ainsi articulé en trois blocs, correspondants aux trois cultures mentionnées.
    Deux nouvelles compositions intègrent le programme: une pièce de Junghae Lee pour flûte basse et daegeum et un trio par Giorgio Tedde pour flûte, daegeum et shvi. Ces œuvres, écrites pour des instruments provenant de différentes cultures, seront capables de mettre en relation des maitres du XXème et XXI siècle tels que Giacinto Scelsi et Beat Furrer avec des pièces de musique traditionnelle.
Ce projet est adressé à un large public et vise à une approche interculturelle dans l’écoute et la compréhension des musiques d’hier et d’aujourd’hui.


Programme:

Giacinto Scelsi (1905-1988), Pwill pour flûte seule (1954), 4'
<Intermezzo I>  Sae-ya sae-ya, chant traditionnel coréan, version pour contre-tenor et trois flûtes de Junghae Lee, 2'
Cheongseong Gok, musique traditionnelle coréenne pour Daegeum Solo, 5'-8'
Junghae Lee Nouvelle oeuvre pour flûte basse et Daegeum, 8'
 <Intermezzo II>  Chant berger pour Shvi, musique traditionnelle armène, arr. de Tamar Eskenian 3'-4'
Iraqui Maqam pour flûte basse et contre-tenor (2003/2016), ca.8'30“
Musique traditionnelle armène pour voix, Duduk et Shvi 4'-5'
<Intermezzo III>  Monodie extrait d’un chant traditionnel sephardi de Luys Milan, arrangée pour contre-tenor par Giorgio Tedde, 2'

Joseph Bodin de Boismortier Suite de danses op. 35 n. 1 (1689-1755) pour traverso sans basse 4'-5'
Beat Furrer (*1954): Invocation VI pour flûte basse et contre-tenor (2004), 10'
<Intermezzo IV> - Giorgio Tedde Monodia 2'

Giorgio Tedde (*1958): Nouvelle oeuvre pour trois pour flûtes arméniennes, europénnes et coréennes 10'


Conception et composition:

Junghae Lee est née à Tokyo et est citoyenne coréenne. Elle a étudié la composition avec ByungDong Paik à l’Université Nationale de Séoul puis au Japon avec Toru Takemitsu. En 1991 elle emménage à Bâle où elle étudie le clavecin et l’électronique à la Musik-Akademie. Une série de pièces pour bande seule reflète ses recherches d’une expression forte et transparente qui participent au développement d’un langage propre. Après une phase créative intense en électroacoustique, Junghae Lee est revenue avec intérêt vers la composition instrumentale. Les sons spéciaux et souvent d’un caractère puissant caractérisent son travail, aujourd’hui avec ou sans électronique. Ses œuvres ont été jouées dans de nombreux festivals et concerts de musique contemporaine, comme The ISCM World Music Days, The International Computer Music Conference, La semaine musicale Gaudeamus, Synthèse à Bourges, The Asian Composers League, The Pan Music Festival à Séoul, parmi d’autres.

Giorgio Tedde étudie la physique la composition et la musique électronique. Sa formation scientifique se reflet dans sa musique à travers une attention particulière eux qualités acoustiques et timbriques du son, ainsi quedans la recherche de nouveaux chemins interprétatifs et d’écriture. Il est lauréat de nombreux prix internationaux et il a été invité à donner des conférences dans des cadre très prestigieux (Phenomenology of Musical Communication à l’International Computer Music Conference(Haye 1986), A Physical Theory of Musical Communication, Music in Time & Time in Music(Ferienkurse di Darmstadt 1992) et II Simposio sobre Musica y Ordenador(Cuenca 1992). Ses compositions sont jouées par des interprètes prestigieux tels que Pierre Yves Artaud, Arditti, Ciro Scarponi, Massimiliano Damerini, Kees Boeke, Symphonia Warsawia, Hilliard Ensemble, Antonio Politano, dans le cadre de festival internationauxen Europe, Asie et Etats-Unis (Darmstadt, World Music Days, Tokyo ICMC, etc..). Il enseigne la composition, l’acoustique et la technologie du son en Italie aux conservatoires de Piacenza et Cagliari ainsi qu’à la Haute Ecole de Musique de Lugano.