Cover CD Denis Schuler.jpg

Denis Schuler
THE LINES - Solos & Duets Cycle

Percussionniste et compositeur genevois formé auprès des meilleurs (Nicolas Bolens, Eric Gaudibert, Michael Jarrell, Emanuel Nunes), Denis Schuler effectue un grand bon avec cet ambitieux CD publié chez NEOS. L’animateur de l’Ensemble Vide porte une attention particulière aux espaces et aux dispositifs convoqués pour la narration de ses créations. Les musiciens sont souvent dispersés dans les lieux investis, le public pouvant déambuler librement et contribuer à la performance par son écoute.L’idée de The Lines a surgi après la lecture de Mrs. Dalloway, roman de Virginia Woolf publié en 1925. Clarissa Dalloway s’y rend chez le fleuriste en vue d’une réception où se mêleront des personnages liés à son passé (l’amant) comme à son présent (le mari). La narration, faite de sauts abrupts dans le temps, a frappé Denis Schuler. Ses compositions entendent retranscrire l’effet de surprise et l’exigence de concentration ressentis à la lecture du roman.

Les huit pièces qui composent l’album ont été écrites entre 2011 et 2013. Elles tendent vers une épure radicale et une alternance entre silences et surgissements sonores, en solos ou duos. «Perpetual Sense of Being Out», qui ouvre l’album, entrelace les voix des sopranos Cristiana Presutti et Gyslaine Waelchli, jouant de l’étirement des durées ainsi que du passage de vibrato à voix doite. Une performance exigeante, qui tient captif sur près de 12 minutes.

Sur «Spring», la flûte de Paolo Vignaroli tend vers un réductionnisme extrême mais néanmoins expressif, presque poétique. Anna Spina imprime à son archet une tension maximale sur «Lune bleue», alors que Paolo Vignaroli trouve sur son chemin les percussions d’Alexandre Babel sur le morceau intitulé «Dans un pli»: une décoction patiente, qui libère de fines particules de son au gré d’une interprétation rigoureuse. Cantonnée aux aigus minimalistes, Béatrice Zawodnik imprime des tonalités singulièrement «zen» à son hautbois sur «Melody». Zen également, le déploiement de tintements et de frappes maîtrisé par Alexandre Babel («Sept secondes arrêtées»). Tanjia Müller (flûte basse) et Eliane Williner (piccolo) jouent à cache-cache sur «Tan - ka», et Tamar Halperin conclut à la harpe avec un «Loisaida» entre douceur et chaos. Riche.

foto CD Oscar_Bianchi.png

CD Grammont Portrait, Musiques Suisses
Oscar Bianchi (*1975) 

Dans un long entretien sur sa trajectoire de compositeur, Oscar Bianchi dit croire «à  la force transformatrice des sons», expression ramassée, presque terne, mais qui résume cependant les caractéristiques essentielles de son esthétique et de ses convictions artistiques. La «force transformatrice des sons» traduit d’une part l’enthousiasme de Bianchi pour les sons mêmes, pour la richesse incommensurable de sonorités dont dispose aujourd’hui tout compositeur et qu’il a pour devoir naturel d’accroitre. Oscar Bianchi a un faible pour les sonorités et les instruments insolites. Il est particulièrement attiré par les registres graves. La flute basse, la flute à  bec contrebasse de Paetzold, le saxophone baryton et – last but not least – le tubax, hybride de saxophone basse et de tuba, figurent plus d’une fois dans son catalogue et sur le présent CD. La sonorité puissante de ces instruments et la richesse de leurs harmoniques et timbres, notablement plus fournie qu’aux instruments aigus, lui permettent cette combinaison de différenciation fouillée des détails et de plénitude sonore qui lui ont valu l’étiquette de «dramaturge de la sensualité sonore» de la part des critiques. Le CD vient de recevoir la distinction Preis der deutschen Schallplattenkritik - Bestenliste.

interprètes:

Klangforum Wien, Enno Poppe, Leitung; Anna Petrini, Paetzold-Kontrabass-Flöte; Emily Elias, Sopran; Nieuw Ensemble, Lucas Vis, Leitung; Vera Fisher, Bassflöte; Rico Gubler, Baritonsaxophon; Patrick Jüdt, Viola; Mats Scheidegger, Gitarre; Neue Vocalsolisten Stuttgart; Ictus Ensemble, George-Elie Octors, Leitung; Hagen Matzeit, Countertenor; Rafal Zambrzycki-Paynet, Violine; Ensemble Modern, Franck Ollu, Leitung; Paolo Vignaroli, Bassflöte.

Acheter içi

CD Grammont foto.PNG

Grammont Sélection 4 - Musiques Suisses

CD 1: Roland Moser (*1943): Vorrede für Alt- und Bassposaune, kleines Schlagzeug und grosse Jesuitenkirche; Michael Pelzel (*1978): ... trois études bagatelles ... für Orgel; Oscar Bianchi (*1975): Gr ... für Flöte solo; Helena Winkelman (*1974): Chill (t) horn für elektronisch verstärktes Kammerensemble; Urban Mäder (*1955): Über Stock und Stein. Begegnung auf der Alp; Caroline Charrière (*1960): Anima mea für chor (acht Stimmen) und Orgel; Franz-Furrer-Münch (1924-2010): Andante für 12 Singstimmen und zwei Barockposaunen; Alfred Zimmerlin (*1955): Sehnsucht - Abschied für Violine solo aus "Herz-Stücke" für das Théà¢tre Musical "Herz Maere". CD 2: Fritz Hauser (*1953): schraffur für Gong und Orchester; Xavier Dayer (*1972): Le désert, c'est ce qui ne finit pas de finir/L'océan c'est ce qui finit de ne pas finir für Ensemble; Cécile Marti (*1973): AdoRatio für Violine solo und Ensemble; Stefan Wirth (*1975): Le Cru et le Cuit für Klavier und Ensemble; Nadir Vasena (*1970): altri naufragi für Orchester.

L'idée centrale de la programmation des premières auditions et de la Fête des musiciens suisses 2010 - idée qui a été reprise pour le présent CD - était de présenter la diversité de la nouvelle musique suisse, donc tout un éventail de styles et de langages. La variété des impressions ressenties ne résulte pas seulement des différences d'écriture d'un compositeur à  l'autre, mais aussi de la dispersion - voulue - des concerts dans des lieux très différents ainsi que de la multiplicité des formules, genres et effectifs mis en oeuvre (orchestre, ensemble instrumental, musique de chambre, solos, théatre musical, ensemble vocal, orgue, installation sonore, improvisation). Bien qu'il ait évidemment été impossible de présenter plus qu'une partie de la nouvelle musique suisse, la somme des manifestations donne un tableau riche et contrasté, dont une large partie, soit treize premières auditions sur vingt-quatre, figure désormais sur le présent CD.

Acheter içi


foto disco Nigel.jpg

Nigel Keay Music for Small Groups - Blumlein Records

Trio pour Clarinette, Alto & Piano (2007-2009)

Piano Trio "Variations sur un thème d'Au puits de l’épervier

Duo pour violon & alto Visconti Variations (2008)

Quatuor à cordes N° 2 (1995) Terrestrial Mirror pour flûte, alto & harpe (2004)

CD disponible chez les disquaires spécialisés suivants :
Souffle Continu, 22 rue Gerbier, 75011 Paris - Tél. : 01 40 24 17 21
La Dame Blanche, 47 Rue de la Montagne Sainte-Geneviève 75005 Paris